pierres tombales

Les quatre principaux types de rites funéraires

Faites-vous actuellement face à la disparition d’un proche ou d’un ami ? Il vous faut procéder à la mise en pratique d’un rite funéraire quelconque. Avez-vous parvenu à définir à l’avance le type de funérailles que vous vous devez d’appliquer ? Rien ne vous empêche ainsi d’entreprendre les démarches y afférentes. Dans le cas où vous ne savez pas encore quel type d’obsèques choisir, parcourez votre lecture et faites votre choix.

La crémation

Une pratique funéraire qui remonte en antiquité, la crémation tire son origine en Europe. Aussi appelée incinération, elle consiste à brûler le corps de la dépouille dans un cercueil, jusqu’à ce qu’il soit réduit en cendres. Dans certains pays, l’incinération est effectuée par des pompes funèbres locales.

Le tout se fait à l’enceinte d’un établissement particulier baptisé crématorium. La législation française sollicite la présente de la police tout au long de la crémation. Pendant le déroulement de ce type de rite funéraire, tout appareil électronique se doit d’être éteint, de peur que l’appareil de crémation ne soit abîmé.

L’humusation

Cette technique funèbre tire ses racines en Belgique. Elle se caractérise par la transformation du corps du défunt en compost par le biais des micro-organismes. L’idée étant de prôner son retour à la terre. L’humusation est réalisée par les humuseurs. Ils procèdent au lavage du corps de la dépouille.

En amont du lavage, ces humuseurs injectent en moyenne 8 litres d’un produit stérilisant. Une fois que c’est fait, ces professionnels de l’humusation emmènent le défunt dans l’endroit où vous souhaitez qu’ils mettent en pratique cette pratique funéraire. Aussi, ils veillent à recouvrir le corps du défunt par des tontes de pelouse, des pailles et des feuilles mortes. L’humusation est un type d’obsèques plus écologiques.

L’aquamation

Connue aussi sous le nom de crémation par l’eau, l’aquamation consiste à faire retourner le défunt à la nature par une décomposition chimique particulière. En quelque sorte, le cops de la dépouille est déposé dans un appareil d’aquamation dans lequel circule chaleur alcaline et eau.

Ce processus s’appelle hydrolise alcaline. La composition alcaline peut être remplacée par du sel composé d’hydroxide de potassium et d’hydroxide de sodium. En tant qu’une alternative à l’incinération, l’aquamation doit se dérouler devant un crématorium. Elle est plus écologique que la crémation. Il faut noter que l’aquamation est encore interdite en France.

L’inhumation

La plus classique de toutes les pratiques d’obsèques, l’inhumation se présente comme étant un processus de mise en terre du corps de défunt. Avec cette pratique funéraire, le corps de la dépouille peut se mettre non seulement sous terre, mais aussi dans une tombe. Le défunt peut être inhumé soit dans l’une des communes où ses membres de famille ont été enterrées soit dans la commune où il a été mort.

Dans le cas où vous vous vous penchez sur l’inhumation dans une tombe, soit vous mettez le corps du défunt dans un caveau, soit vous le laissez tel qu’il est. Si vous ne savez pas comment vous y prendre pour réaliser cette tâche, vous pouvez le confier à un autre membre de votre famille ou aux pompes funèbres.

Pour en savoir plus sur les pierres tombales, cliquez ici.

Author: Damien